Modele d`airy et de pratt

L`hypothèse Heiskanen, développée par le géodésicien finlandais Weikko Aleksanteri Heiskanen, est une hypothèse intermédiaire, ou de compromis, entre Airy et Pratt. Cette hypothèse indique qu`approximativement les deux tiers de la topographie sont compensés par la formation des racines (le modèle Airy) et un tiers par la croûte terrestre au-dessus de la limite entre la croûte et le substrat (le modèle Pratt). Airy et Pratt isostasie sont des déclarations de flottabilité, tandis que l`isostasie de flexion est une déclaration de flottabilité lors du déflexion d`une feuille de force élastique finie. L`hypothèse Airy dit que la croûte terrestre est une coquille plus rigide flottant sur un substrat plus liquide d`une plus grande densité. Sir George Biddell Airy, un mathématicien et astronome anglais, a supposé que la croûte a une densité uniforme partout. L`épaisseur de la couche croûte n`est cependant pas uniforme, et donc cette théorie suppose que les parties plus épaisses de la croûte s`enfoncent plus profondément dans le substrat, tandis que les parties plus minces sont bouées par elle. Selon cette hypothèse, les montagnes ont des racines sous la surface qui sont beaucoup plus grandes que leur expression de surface. Ceci est analogue à un iceberg flottant sur l`eau, dans lequel la plus grande partie de l`iceberg est sous-marine. où ρ m {displaystyle rho _ {m}} est la densité du manteau (env. 3 300 kg m − 3) et ρ c {displaystyle rho _ {c}} est la densité de la croûte (env. 2 750 kg m − 3). Ainsi, nous pouvons généralement considérer: reçu: 27 septembre 1999/accepté: 4 juillet 2000 Isostasy (grec ísos “égal”, stásis “statu quo”) est l`état d`équilibre gravitationnel entre la croûte terrestre et le manteau de telle sorte que la croûte “flotte” à une élévation qui dépend de son épaisseur et de sa densité. Cette hypothèse a été suggérée pour expliquer comment les grandes charges topographiques telles que les monts sous-marins (p.

ex. les îles hawaïennes) pourraient être compensées par des déplacements régionaux plutôt que locaux de la lithosphère. C`est la solution la plus générale pour la flexure lithosphérique, car elle s`approche des modèles localement compensés ci-dessus car la charge devient beaucoup plus grande qu`une longueur d`onde de flexion ou la rigidité de flexion de la lithosphère approche zéro. c ρ c = (h 2 ρ w) + (b 2 ρ m) + [(c − h 2 − b 2) ρ c] {displaystyle crho _ {c} = (H_ {2} rho _ {w}) + (b_ {2} rho _ {m}) + [(c-H_ {2}-b_ {2}) rho _ {c}]} b 2 (ρ m − ρ c) = h 2 (ρ c − ρ w) {displaystyle {b_ {2} ( Rho _ {m}-rho _ {c})} = {H_ {2} (rho _ {c}-rho _ {w})}} b 2 = (ρ c − ρ w ρ m − ρ c) h 2 {displaystyle b_ {2} = ({frac {rho _ {c}-rho _ {w}} {rho _ {m}-rho _ {c}}}) {H_ {2}}} en plus du mouvement vertical de la terre et de la mer , l`ajustement isostatique de la terre implique également des mouvements horizontaux. Il peut provoquer des changements dans le champ gravitationnel de la terre et le taux de rotation, l`errance polaire et les tremblements de terres. . Dans l`exemple le plus simple, l`isostasie est le principe de flottabilité dans lequel un objet immergé dans un fluide est bougée avec une force égale au poids du fluide déplacé. À l`échelle géologique, on peut observer l`isostasie où la croûte ou la lithosphère forte de la terre exerce un stress sur le manteau ou l`asthénosphère plus faible, qui, sur le temps géologique, coule latéralement de telle sorte que la charge soit accommodés par des ajustements de hauteur.